Creuse

Covid-19 – La saison thermale n’a pas pu démarrer à Evaux-les-Bains

La saison thermale devait débuter le 23 mars à Évaux-les-Bains.
Les premiers curistes ont dû renoncer à venir, en raison de l’annonce le 16 mars du confinement général. Les salariés sont au chômage. La Société d’économie mixte qui gère les thermes a obtenu l’autorisation d’allonger la période de cure jusqu’à fin novembre.
« Ça aurait pu être pire. Nous avons eu la chance que le confinement soit décidé alors que la saison n’avait pas démarré, il n’y avait pas de curiste en cours de soins. » Bruno Papineau, le maire d’Évaux-les-Bains et président de la Société d’économie mixte (SEM), préfère voir les choses de manière positive.

La saison thermale devait normalement s’étendre cette année du 23 mars au 14 novembre. « On ne sait pas encore quand on pourra démarrer, nous espérons mi-mai, début juin », pronostique Bruno Papineau.

55 saisonniers au chômage
Quelques saisonniers avaient déjà pris leur poste pour préparer la saison. Ils ont été inscrits au chômage partiel. Les autres saisonniers restent dans le dispositif classique du chômage avec Pôle emploi.

Au total, le complexe thermal (hôtel, thermes) emploie cinquante-cinq salariés saisonniers. Il faut ajouter à cela quinze permanents qui s’occupent toute l’année du spa, de l’administratif et de la maintenance. Ils sont eux aussi au chômage partiel, hormis quatre personnes chargées de la permanence téléphonique, de la technique et de la comptabilité.
Report et annulations de cures
Ils doivent notamment gérer les demandes des curistes qui devaient venir au printemps. « La conséquence, c’est que les gens veulent reporter leur cure ou annuler », note le président de la SEM.

Traditionnellement, la période de mars-avril n’est pas la plus chargée aux thermes d’Évaux-les-Bains. « Il y a entre 200 et 210 curistes par jour. Ça monte en puissance jusqu’à fin avril. C’est plein en septembre-octobre.

Des problèmes d’hébergement
Les demandes de report entraînent des complications, notamment au niveau de l’hébergement. « Nous avons une capacité de 420-430 personnes par jour. Les gens sont prêts à repousser en juillet-août mais ça pose des problèmes d’hébergement. »

Les agendas des médecins thermaux risquent également d’être saturés. « Il y a trois visites obligatoires pendant la cure. Les plannings sont blindés en septembre-octobre. En juillet-août, ça se garnit. Mais tout le monde joue le jeu pour essayer de trouver des solutions, que ce soient les hébergeurs ou les médecins. Il y a un esprit de solidarité », estime Bruno Papineau.

Prolongation jusqu’au 28 novembre
Certains curistes pourront aussi reporter leur séjour en novembre. Le complexe thermal a obtenu l’autorisation d’allonger la période de cure. Les thermes fermeront le 28 novembre, soit quinze jours plus tard que prévu.

Il va y avoir deux mois, voire deux mois et demi de perte. Mais le maire d’Évaux-les-Bains veut rester optimiste. « J’ai le sentiment qu’à peu près la moitié des gens souhaite reporter. Et ceux qui annulent, c’est pour 2020. Ils nous disent de garder les arrhes pour 2021. »

 

Partagez: